ENTEROBACTERIES



ENTEROBACTERIES




Généralité

I.       Habitat :

- Bactéries hôtes normaux ou pathologiques du tube digestif de l’homme et l’animal.

- Peuvent proliférer dans l’environnement.

II.    Caractères généraux :

- Bacilles à gram coloration bipolaire.

- Si mobile on a ciliature peritriche.

- Culture lisses « S » peuvent se transformer en rugueuses « R »

- Si capsulaire ¦ muqueuse.

- Glucose (+) par fermentation.

- Aérobie-anaérobie facultatif.

+ - Oxydase négative.

- Catalase (+) H2O2 ¦ O2 + H2O.

- Nitrate réductase (+) nitrates ¦ nitrites.

Famille composée de 12 genres dont les principaux sont :

-         Escherichia

-         Klebsiella-entérobactérie-Serratia groupe K.E.S.

-         Salmonella-Shigella.

-         Yersinia.

III. Structure antigénique :

On distingue chez les entérobactéries

-1’ des antigènes de paroi : Ag O toujours présent.

-2’ des antigènes flagellaires : Ag H si elle est mobile.

-3’ des antigènes de surface : Ag K si elle capsulée.

L’étude de ces Ag ¦ classification d’une espèce ou genre en sérotype : Salmonella, Shigella et Escherichia.

1.       Ag O : Paroi

Nature : lipopolysaccharide : LPS

             = endotoxine

Les bactéries possédant l’Ag O+AC spécifique ¦ agglutination granulaire.

 

Image Hosted by ImageShack.us

1.       Ag H : Flagelle

Nature protéique.

Bactéries avec Ag H + AC spécifique ¦ agglutination floconneuse.

 

Image Hosted by ImageShack.us

1.       Ag K : Ag de capsule

Si bactérie capsulée + AC spécifique ¦ agglutination granulaire.

L’étude de ces différents Ag ¦ serotypes Phase S intérêt épidémiologique : filiation des cas d’infections.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

I.       Pouvoir pathogène naturel :

On distingue :

Les bactéries pathogènes spécifiques : BPS

- Bactéries n’existent pas normalement à l’état commensal (sauf porteurs sains)

- Contamination par l’intermédiaire (eau, aliments, animaux).

Salmonella-Shigella et Yersinia.

Les bactéries pathogènes opportunistes : BPO

Entérobactéries commensales du tube digestif peuvent à l’occasion d’une modification de terrain ou d’un changement d’habitatºaccidentellement un pouvoir pathogène ex : infections urinaires, respiratoires…

Escherichia coli.

 

 

 



Escherichia coli

I.       Habitat :

E. coli ou colibacille : hôte normal de l’intestin.

- Peut être retrouvé au niveau des muqueuses.

- Présence dans l’environnement ou aliment = témoin d’une contamination fécale.

II.    Morphologie :

- Bacille à gram (-) le plus souvent mobile.

III. Caractères culturaux et biochimiques :

-Voir caractères généraux des entérobactéries.

-Les caractères d’espèce :

    +++ -  Lactose (+).

-    Gaz(+).                               Kligler

-    Indole (+).                       

IV.  Structure antigénique :

L’étude des Ag O, H et K serotypage ¦ plusieurs serotypes (intérêt épidémiologique)

V.     Substances élaborées :

Les plus importantes : sont les entérotoxines certaines souches d’E. Coli porteuses de plasmides.

Thermo labile (LT) et thermo stable (ST).

VI.  Pouvoir pathogène naturel:

-E. coli  peut entrainer deux types d’infections.

1.       Infections extra-intestinales : BPO

Localisation ; urinaires, génitales, hépatobiliaires, digestives ou méningé septicémiques.

- mécanisme physiopathologique : bactérie pathogène opportuniste.

2.       Infections intestinales :

3 types physiopathologiques : pathogène spécifiques gastroentérites infantiles (GEI) E. coli entéro pathogène chez les nourrissons.

- Syndrome dysentérique : E. coli entéro-invasifs ≈ Shigella.

- Syndrome cholériforme : E. coli exterotoxinogène ≈ virus de Cholera

VII.     Epidémiologie :

- Les infections extra intestinales sont d’origine endogène le plus souvent.

- Les E. coli responsables d’infections intestinales¦ épidémie.

VIII.       Diagnostic biologique :

= diagnostic biologique direct

-         prélèvement selles ¦ coproculture, sang, urines, LCR ou pus divers.

-         Isolement sur milieu solide lactosé

-         Identification par :

o       Caractères morphologique B.G(-).

o       Caractère biochimique :

§         Voir caractères généraux des entérobactéries + caractères (lactose (+), gaz (+) et indole (+))

-         Antibiogramme +++

-         Pour les souches d’E. coli entéropathogène ¦ serotypage.

-         Pour les souches d’E. col entérotoxinogènes ¦ recherche de l’entérotoxines.

IX.  Traitement :

1.       Préventif :

= prophylaxies des diarrhées épidermiques + mesures d’hygiène (aliment +++)

2.       Curatif :

Se baser sur antibiogramme + localisation du germe.

E. coli habituellement sensible aux ATB actifs sur BG (-).

 

 

 



Shigella

I.       Habitat :

Shigella = entérobactérie.

Agent de la dysenterie bacillaire.

- bactérie pathogène spécifique du tube digestif.

- existe uniquement chez l’homme.

II.    Morphologie :

- Bacille à gram (-)

- Immobile +++.

III. Caractères culturaux et Structure antigénique :

+++ - Voir caractères généraux des entérobactéries plus : lactose(-), urée (-).

- Antigène O (endoxine).

Selon les caractères biochimiques et antigénique O, on distingue 4 sous groupes

        - contenant des serotypes ex : Shigella dysenterie.

        - pas d’Ag H car bactérie immobile.

IV.  Substances élaborées:

Exotoxine protéique à activité neurotoxique ou entérotoxique.

V.     Physiopathologie :

Shigella : bactéries à caractère invasif adhésion à la muqueuse colique puis pénétration et multiplication intracellulaire (passage sanguin)

VI.  Pouvoir pathogène naturel:

La forme la plus grave = dysenterie bacillaire à Shigella dysenterie (sécrétion d’une neurotoxine) º colite infectieuse endémique ou épidémique : dysenterie caractérisée par :

-         Syndrome dysentérique.

-         Syndrome infectieuse.

-         Déshydratation.

VII.     Epidémiologie :

- élimination de Shigella dans matières fécales de malades ou porteurs sains.

- contamination par les matières fécales soit directe (moins sales) ou plus souvent indirecte (aliments ou eau de boisson, contaminés par matières fécales).

- aspects graves épidémiques historiques, actuellement mode endémo-épidémique dans régions à hygiènes défectueux.

VIII.       Diagnostic :

-         Prélèvements : selles = coproculture :

o       Si selle glaireuse, purulente et hématique isolement de Shigella facile.

o       Si Shigellose chronique isolement plus difficile : utilisation de milieux d’enrichissement (milieu ou sélénite) et milieu d’isolement sélectif (milieu SS).

-         Identification : caractère morphologique

Caractère généraux des entérobactéries, caractères biochimique et culturaux

Et séro-agglutination ¦ serotypes

ATB gramme.

   

IX.  Prophylaxie :

Prévention basée sur :

-         Isolement des malades (désinfection des selles).

-         Recherche de porteurs sains (coproculture et traitement)

-         Mesures d’hygiène et contrôle sanitaire des eaux, aliments et eaux d’égouts.



Clique sur le lien pour la suite:

ENTEROBACTERIES SUITE

22 votes. Moyenne 2.95 sur 5.

BS_BoY® tout les droits réserver copyright BS_Inc.© 2006

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site